© P.Yves Touzot 2018

11 octobre 2018

FILM: Croc Blanc / White Fang

Les aventures de Croc Blanc, le célèbre chien-loup, dans une adaptation en film d'animation réjouissante.


Il faut l'annoncer clairement, Croc Blanc est une adaptation en animation 3D très réussie du célèbre roman de Jack London, paru aux Etats Unis en 1906 et qui ouvrit les portes de la gloire éternelle à son auteur. Autre satisfaction, cette adaptation est une production française (cocorico !) tant d'un point de vue technique que financier.
Croc Blanc raconte l'histoire d'un chien loup et de sa confrontation au monde des hommes durant la ruée vers l'or de la fin du 19e siecle. Le récit, fidèle au roman, est mené de main de maître par Alexandre Espigares, réalisateur ibéro-luxembourgeois, récompensé en 2014 par l'Oscar du meilleur court-métrage, et dont c'est le premier long-métrage. Sa direction artistique est à la fois stylée et léchée. Les décors et la lumière sont sublimes, les chiens et les loups très réussis, dans un style semi réaliste risqué, mais convaincant. Si les personnages humains sont techniquement moins aboutis, cela ne nuit en rien à l'histoire. De toute façon, la forêt, les montagnes, les lacs, les rivières, le ciel, les loups et les chiens sont ici clairement les personnages principaux. Au-delà de cette réussite visuelle incontestable, la grande prouesse de cette adaptation est d'accepter de prendre son temps, de nous offrir de vraies scènes contemplatives, au plus près de la nature et des animaux, sans dialogues, en été comme en hiver, dans des paysages et des lumières bluffantes pour un film d'animation. A travers cette histoire pourtant par moment violente, le film parvient à s'adresser à la fois au jeune public, tout en offrant une seconde lecture pour des spectateurs plus âgés. Seul bémol, la musique, qui, comme souvent dans les productions actuelles destinées au très grand public, se révèle vite trop présente, voir par moment presque qu'agaçante à force d'insister sur les émotions des personnages. Son utilisation plus mesurée aurait sans doute renforcé notre immersion dans ces incroyables paysages sauvages du Yukon. Malgré cette réserve, l'histoire reste magnifique et le voyage sublime. Et quelques scènes particulièrement émouvantes pourraient même vous arracher une larme ou deux.

Une adaptation réussie du célèbre roman de Jack London. 

Croc Blanc, un film d'animation d'Alexandre Espigares, sorti au cinéma le 28 mars 2018.
Disponible en DVD/BlueRay/VOD, dont un coffret double DVD en compagnie de La Tortue Rouge.




Le roman Croc Blanc de Jack London, ici présenté dans son édition originale, est disponible chez d'innombrables éditeurs.



Sur ce site, pour les amateurs de films d'animation et de bandes dessinées au plus près de la nature:





4 octobre 2018

FILM: Leave No Trace

Un vétéran vit avec sa fille au cœur de la forêt d'un parc national de l'Ouest américain lorsqu'ils sont arrêtés par les Rangers ...


Vétéran traumatisé par la guerre, Will ne parvient plus à vivre au milieu des hommes et impose à sa fille Tom, 16 ans, d'habiter dans un campement de fortune au milieu d'une immense forêt d'un Parc national (Eagle Fern Park dans l'Oregon) pour y adopter un mode de vie d'ascète au plus près de la nature. Malgré leur souci permanent de ne pas se faire repérer par les Rangers (d'où le titre), ils finissent pas être capturés, et ramenés de force à la civilisation. Ils sont alors confiés aux services sociaux locaux qui vont faire de leur mieux pour trouver une solution adaptée à ce duo atypique et sauvage ... Rassurez-vous, l'histoire ne s'achève pas là.  Le film vous réserve de nombreux rebondissements que je vous laisse le plaisir de découvrir.
Inspiré du roman My Abandonment de Peter RockLeave no Trace marque le grand retour de la réalisatrice Debra Granik à la fiction, huit ans après le déjà très réussi Winter's Bone. A mi-chemin entre Into The Wild (pour le refus du père d'accepter de se soumettre au mode de fonctionnement de notre société) et de Captain Fantastic (pour sa volonté d'élever sa fille au plus près de la nature), Leave No Trace est un magnifique film à la fois sur le droit à une vie différente, et sur les rapports père-fille. Ben Foster, dans le rôle du père, est bouleversant d'amour pour sa fille et de souffrances contenues, et Thomasin McKenzie, sa fille, la grande révélation du film, se révèle à la fois émouvante dans le respect des choix de son père, et très convaincante dans sa rébellion en douceur contre cette vie qu'elle n'a pas choisi.
La volonté de sobriété de la réalisatrice, et son choix de tourner dans une forêt primitive froide et humide à hauteur d'homme, sans aucun effet de mise en scène appuyé, permettent au film de rester à la fois crédible, authentique, et véritablement touchant. Alors que l'histoire avance, on se prend comme souvent dans ce genre de récit à craindre d'assister à une fin soit trop violente, soit trop heureuse, mais, comme dans Captain Fantastic, le dénouement, magnifique d'intelligence et d'humanisme, vous arrachera sans doute, comme moi, une ou deux petites larmes. 

Un magnifique film sur le droit à la différence et sur les relations père-fille.
Sans doute le "Nature Film" de l'année. 

Leave no trace, un film de Debra Granik
Sortie en salle en France le 19 septembre 2018



Et donc le roman My Abandonment de Peter Rock dont le film est inspiré, et que je n'ai pas (encore) lu.



Sur ce site, pour les amateurs d'histoire d'ermites et de forêt:

FILM: Captain Fantastic
FILM et ROMAN: Dans la Forêt
DOC: Two Years at Seas