© P.Yves Touzot 2018

21 juillet 2018

FILM: Dans la peau du loup

Un trappeur vit seul dans un village de montagne abandonné du nord de l'Espagne et tente de trouver une femme avec qui partager sa vie ...


Petit avertissement avant d'entrer dans le vif du sujet : Dans la peau du Loup est un film réservé aux vrais amateurs de films contemplatifs, au rythme lent, sans dialogue ou presque, et dont le scénario tiendrait facilement sur un ticket de métro. Si, comme moi, vous aimez ce genre de cinéma, alors vous ne devez pas passer à côté de ce film, qui, s'il n'est pas totalement abouti, a le mérite d'assumer son genre, son rythme et son propos. 

Dans la peau du Loup est donc un film espagnol (Bajo la piel de lobo dans son titre original) réalisé par Samu Fuentes, sorti directement sur Netflix et en VOD sans même passer par la case cinéma, alors qu'il aurait mérité sans aucun doute d'être vu sur grand écran. Les vingt premières minutes posent très clairement le ton en nous invitant à suivre le quotidien de notre héros, chasseur/trappeur de loups, installé dans une cabane dans un village de montagne dont il est le dernier habitant. Vingt premières minutes sans dialogue, dans la forêt, dans la neige, au plus près de la nature, à suivre le quotidien de cet homme solitaire et bougon, ses routines répétitives et ses longues randonnées dans la montagne. Alors qu'il va vendre ses peaux de loup au maire du village voisin (une journée de marche tout de même), notre héros décide d'investir le fruit de ses ventes dans "l'achat" (au sens premier du terme) d'une jeune femme à son père pour lui tenir compagnie et assurer sa descendance. Malgré sa bonne volonté, cette compagne va avoir du mal à s'habituer à cette nouvelle vie âpre au côté de cet homme solitaire ... Et c'est ce qui interpelle dans ce film: le style de vie montagnard n'est pas en cause dans les difficultés d'adaptation de la jeune femme, mais plutôt la personnalité de notre héros À force de vivre seul, il est devenu froid, distant, inapte aux sentiments, et incapable du moindre respect pour cette femme qui est forcée de partager sa vie avec un loup, ou plus exactement avec un ours. Et ce postulat de base est à la fois l'intérêt du film, et sa limite. Comme les deux (seuls) personnages principaux ne partagent pas grand-chose, et qu'ils n'évoluent pas, ni dans leur caractère ni dans leur relation de couple, le film tourne parfois un peu en rond. Malgré ce parti pris assumé qui risque de dérouter certains, Dans la peau du Loup est un film de bonne facture, un huis clos à ciel ouvert authentique et touchant, porté par de belles images, et une réalisation sobre et cohérente. Sans oublier une mention spéciale pour les comédiens principaux, Mario Casas, Ruth Diaz et Irène Escolar, parfaits dans leurs rôles pleins de retenue et de regards fuyants. 

Un vrai film lent et contemplatif, réservé aux vrais amateurs du genre ! 

Dans la peau du loup, un film de Samu Fuentes sorti en juillet 2018.
Disponible sur Netflix et en VOD.




Sur ce site, pour les amateurs de films contemplatifs:

ROMAN & FILM: Le mur invisible
FILM: Last Remains
DOC: Two years at seas



12 juillet 2018

FILM: A la Dérive

Suite à une violente tempête, une jeune femme et son compagnon vont dériver pendant plusieurs semaines sur leur voilier dans l'Océan Pacifique et tenter de survivre ...


Comme souvent dans ce genre "film de survie sur l'océan" de plus en plus populaire, À la Dérive est inspiré d'une histoire vraie, celle de Tami Oldham et de Richard Sharp, qui, en 1983, survirèrent durant 41 jours et 2500 kilomètres seuls sur leur voilier ravagé par une violente tempête. Depuis la publication en 1998 de Red Sky in Mourning, a true story of Love, Loss and Survival at Sea, un récit écrit par Tami Oldham elle-même et Susea McGearhart, cette histoire est devenue l'un des grands classiques de la littérature maritime contemporaine américaine. 
Le scénario, très classique, raconte l'histoire d'un couple qui lors du convoyage d'un voilier entre Tahiti et San Diego est pris dans une violente tempête qui laisse les deux marins coupés du monde et sans ressources à bord d'une épave flottante à la dérive. Le film, assez classique dans son traitement, réussi pourtant l'exploit de mélanger avec succès deux genres difficiles à associer, la comédie romantique et le film de survie. Alors que le couple se bat pour survivre dans des séquences plus réussies et réalistes que dans d'autres films de ce genre (All is Lost, 119 jours), des flash-back nous racontent le passé de nos deux héros, et leur rencontre. Cette construction renforce leurs liens, et rend leur lutte pour leur survie plus forte émotionnellement. Mais la réussite du film tient avant tout sur la formidable prestation de son interprète principale, Shailene Woodley, crédible et bouleversante dans le rôle de cette jeune navigatrice inexpérimentée qui se bat pour survivre et sauver son grand amour. Avec, en prime, un joli twist et une fin qui replace cette histoire dans son véritable contexte très émouvante.

Pour les amateurs de films de survie sur l'Océan. Une vraie réussite.


A la dérive (Adrift), un film de Baltasar Korkamur, sorti en France le 4 Juillet 2018.
Actuellement au cinéma. 



Red Sky in Mourning, de Tami Oldham Ashcraft et Susea McGearhart
Disponible seulement en langue anglaise. 


Sur ce site, pour les amateurs de films de survie sur l'océan: