© P.Yves Touzot 2018

30 janvier 2018

FILM: Jungle

Un guide et ses trois touristes se perdent dans une jungle sauvage sud-américaine.


Trois jeunes routards s'offrent les services d'un guide pour découvrir la forêt sauvage sud-américaine et ses mystérieuses tribus indiennes. Et bien sûr, les choses ne se passent pas comme prévu. Le groupe se scinde en deux, puis encore en deux, et notre héros se retrouve seul, pour une longue période d'errance et de survie dans la jungle...
Adapté du roman Back from Tuichi: the Harrowing Life-and-Death Story of Survival in the Amazon Rainforest, écrit par Yossi Ghinsberg qui nous raconte sa propre histoire, Jungle est un film honnête, crédible et plutôt âpre pour une production hollywoodienne. Dans le rôle principal, Daniel Radcliffe, Harry Potter himself, nous offre une performance dite "à Oscar" plutôt crédible, avec amaigrissement extrême et maquillage excessif.
Oui, c'est vrai, le film aurait gagné a être plus lent, plus spirituel, plus habitué, plus silencieux aussi. L'histoire comme son traitement restent très classiques, très grand public, mais Jungle se montre suffisamment authentique et engagé pour rester crédible du début à la fin sans jamais devenir ennuyeux, ce qui est déjà beaucoup. Et les paysages du Mont Tamborine dans le Queensland en Australie et du Parc National Madidi en Bolivie qui ont accueilli le tournage combleront les amateurs de paysages sauvages.

Un voyage plutôt authentique au cœur de la jungle sud américaine.

Jungle, un film de Greg McLean, sortie en 2017
Disponible en DVD/VOD/BlueRay



Sur ce site, pour les amateurs de survie en milieu naturel hostile:






24 janvier 2018

COURT METRAGE: Fox and the Wale

A consommer sans modération, un magnifique court-métrage d'animation, un petit chef-d'œuvre d'écopoétique.
(Remerciements à Clément F.)


Fox and the Wale, un film de Robin Joseph (12'), sorti en 2017.

Disponible sur Viméo et Youtube.
https://vimeo.com/237551523
https://www.youtube.com/watch?v=3nDWWY4_rNw


Bande annonce:


Sur ce site, pour les amateurs de courts-métrages "into the wild":

COURT-METRAGE: Last Remains
COURT-METRAGE: Overnight Rebirth


23 janvier 2018

FILM: Wild

Suite à une rupture amoureuse et au décès de sa mère, une jeune femme en souffrance plaque tout pour se lancer dans une longue randonnée dans l'Ouest américain...



Oui, il faut le reconnaitre, Wild est avant tout une incroyable publicité pour le Pacific Crest Trail, un chemin de randonnée qui longe l'océan pacifique depuis l'intérieur des terres entre le Mexique et le Canada. Le Pacific Crest Trail, le PCT pour les initiés, est à l'Amérique du Nord ce que le chemin de Compostelle est à l'Europe, dans une version américaine forcément plus longue, plus éprouvante, plus spectaculaire, et parfaitement laïque.
Au programme, 4200 kilomètres (entre quatre et six mois de marche selon le rythme de chacun) à travers le désert californien, les hauts sommets de la Sierra Nevada, les plaines de l'Oregon et les forêts humides de l'état de Washington, à travers une bonne demi-douzaine de parcs nationaux. Avec pour ceux qui parviennent au bout de leur peine, le titre de thru-hikers, l'équivalent d'une Palme d'Or à Cannes dans le milieu de la randonnée. 
Inspiré de la véritable histoire de Cheryl Strayed, et basé sur son propre récit, Wild est un film de randonnée entrecoupé ça et là de flashbacks narrants les traumatismes passés de son héroïne. 
Si l'écriture de ce drama est parfois cousue de fil blanc et souvent attendu, l'intérêt du film est ailleurs. Reese Whisterpoon, à la fois comédienne principale et productrice du film, est suffisamment investie dans son personnage pour le rendre crédible et touchant, et donc nous donner envie de marcher avec elle. Les déboires de cette jeune femme inexpérimentée découvrant les rudiments de la randonnée en autonomie, sont souvent justes et drôles, et la rendent encore plus attachante. C'est donc avec plaisir et empathie que nous la suivons durant plus de deux heures sur les chemins du PCT, dans des paysages variés et toujours sublimes. Et la magie opère. La quête de purification intérieure de Cheryl devient la nôtre, et lorsque qu'elle trouve enfin sa rédemption tant attendue, nous, spectateurs concernés, n'avons plus qu'une seule envie: prendre un billet d'avion pour la Californie pour marcher à notre tour sur cet incroyable chemin de randonnée.

Un parcours initiatique dans la nature sauvage de l'Ouest américain.

Wild, un film de Jean Marc Vallée, sorti en 2014
Disponible en DVD/BlueRay/VOD







Sur ce site, pour les amoureux de randonnées dans les grands espaces:

ROMAN: Terre Lointaine
FILM & ESSAI: Into The Wild
FILM: Les Chemins de la Liberté







19 janvier 2018

FILM: 119 Jours, les survivants de l'Océan

Suite à un chavirage dans le Pacifique, quatre hommes vont survivre sur l'épave retournée de leur trimaran pendant 119 jours.


Le postulat de départ de 119 jours, les survivants de l'Océan (Abandoned dans son titre original) est simple: un skipper embarque avec trois invités inexpérimentés à bord de la Rose Noëlle, un petit trimaran jaune et bleu, pour une croisière entre amis entre la Nouvelle-Zélande et les îles Tonga. Après avoir essuyé une violente tempête, leur voilier est retourné par une lame de fond et se retrouve ... à l'envers. Sans radio, ils vont devoir survivre en attendant d'hypothétiques secours.
Et leur périple va durer 119 jours.
Adapté du roman The Spirit of Rose Noëlle de John Glennie, lui-même (plus ou moins) inspiré d'une histoire vraie, le film nous invite à partager le quotidien de ces quatre naufragés, en s'intéressant à la fois aux relations humaines à l'intérieur du groupe, et à leur ingéniosité en matière de survie. 
La grande force du film réside dans la sobriété de son écriture et de sa mise en scène. Le scénario ne tente jamais de surenchérir les enjeux, qu'ils soient humains et dramaturgiques. Il se contente de nous embarquer à bord du trimaran (retourné), au plus près des naufragés. La majorité du film se déroule donc à bord de la Marie-Noelle, ou nous partageons donc la vie de quatre personnages bien différents: un skipper habité, un caractériel impulsif et parfois violent, un sexagénaire apeuré, et un cuisinier qui jouera le rôle de conciliateur (interprété par Dominique Purcell, le frère ainé du héros de Prison Break, plutôt à son avantage). Les scènes à terre consacrées aux réactions des familles sont justes, sobres, et utilisées avec parcimonie, et elles nous sortent à peine de l'histoire principale. La fin, sobre et inattendue, fait entrer le film dans une problématique nouvelle, que je ne dévoilerais pas pour préserver le plaisir des futurs spectateurs, mais qui clôture de belle manière cette intéressante histoire de survie en mer

Sobre, authentique et immersif.
À ranger dans une vidéothèque entre All is Lost et En Solitaire. 


119 jours, les survivants de l'Océan (Abandoned), un film de John Laing, sorti en VOD en juin 2016.
Disponible seulement en VOD et en DVD/BlueRay en import.




Sur ce site, pour les amoureux de la voile:

FILM: En Solitaire
FILM: All is Lost
ROMAN: Comme un Albatros




14 janvier 2018

ROMAN: Comme un Albatros

Suite à un concours de circonstances favorable, Gwenn, jeune préparateur inexpérimenté, se retrouve au départ d'une course autour du monde en solitaire, sans assistance, et sans escale ...



Comme un Albatros, mon second roman, paru en 2012 aux Editions la Découvrance, est un hommage assumé à Bernard Moitessier, un récit qui revisite à la fois son histoire lors du Golden Globe Challenge et revient en l'actualisant sur son regard sur le monde.

Un article écrit par un blogger lors de sa sortie:

Edifiant, à coup sûr dépaysant, un brin monotone aussi… Un beau récit que je recommande à tous ceux qui rêvent d'océan, de solitude et de dépassement de soi… 
L’histoire débute in medias res, coïncidant avec le début de la course, un tour du monde à la voile en solitaire. Le jeune Gwen manque d’expérience, mais un coup du sort lui a permis d’embarquer à bord d’AGA face à des skippers plus aguerris. D’abord « compétiteur », Gwen prend peu à peu conscience de la beauté et de la vulnérabilité de la nature ; alors qu’il fait son petit bout de chemin avec ténacité mais lucidité, espérant, si ce n’est obtenir un bon classement, du moins terminer la course, certaines réalités écologiques commencent à se dessiner et ce faisant, à modifier le regard du jeune homme sur le monde. 
Un récit qui fait rimer navigation et initiation : Gwen ressort grandi de cette expérience forte et surhumaine. Bien que je ne connaisse absolument rien à cet univers, j’avoue être fascinée par ces passionnés prêts à s’isoler du reste du monde pendant des mois, à lutter contre les éléments, à transcender leur humanité. Ce fut un plaisir de partager, l’espace de 181 pages, le quotidien atypique de Gwen : méthodes de navigation, phases de repos strictement délimitées, communication avec le continent… Un quotidien austère, parfois inconfortable, avec une température en cabine qui chute parfois à 8°C. Sans parler bien sûr, de la rencontre avec l’albatros, qui va infléchir – dans tous les sens du terme – le parcours du jeune skipper.
A la fois récit d’aventure, journal de bord et document écologique, un texte mené à la première personne qui a un indéniable parfum d’authenticité…  Il me manque peut-être un petit quelque chose pour estampiller cette lecture d’un coup de cœur ; peut-être plus de relief, de passion dans l’écriture et plus d’intimisme. Le protagoniste nous reste assez longtemps « inconnu », distant, bien que le lecteur soit seul avec lui à bord d'AGA ;  il lui faut beaucoup de temps pour dévoiler un peu son histoire…



Comme un Albatros, un roman paru en 2012 aux Editions la Découvrance.
Disponible uniquement via son auteur (py.touzot@free.fr)



Sur ce site, pour les amoureux de la voile:

RECIT: La Longue Route
FILM: All is Lost
RECIT: Le bateau qui ne voulait pas flotter