Vidéo

Vidéo
Pour voir la vidéo de présentation du blog, cliquez sur l'image.

28 janvier 2017

DOC: Jack London, une aventure américaine

Un documentaire biographique sur Jack London, sa vie et son œuvre.



À l'occasion du centenaire de sa disparition, ce documentaire biographique s'intéresse à la vie de Jack London (1876-1916), un des plus grands écrivains nord-américains, et un des piliers du courant littéraire nature writing. 
À travers des images d'archives, des interviews de spécialistes et des reconstitutions (sous forme de fiction), le film retrace sa vie de manière chronologique, depuis son enfance dans les faubourgs pauvres de San Francisco jusqu'à sa mort, en passant par ses années d'errance dans le pays, son long séjour dans le Klondike durant la ruée vers l'or, ses années de croisière dans le Pacifique sur le Snark, son travail de photographe dans les quartiers pauvres du Londres des années 1900, ou encore ses missions d'envoyé spécial pendant la guerre russo-japonaise... Autant de chapitres d'une vie bien remplie qui ont construit l'œuvre profonde, originale et prolifique (plus de 50 romans) de Jack London. Malheureusement, si ce documentaire n'oublie rien, il se contente de peu. Aucun de ces chapitres ne creuse vraiment le sujet qu'il aborde, que ce soit les thématiques inhérentes à ses nombreux voyages, son implication dans les mouvements socialistes nord-américains, ou encore les connexions réelles entre sa vie et ses écrits.
Les néophytes y trouveront une bonne introduction à la vie de Jack London alors que les spécialistes et les inconditionnels resteront sans doute un peu sur leur faim.

Un documentaire intéressant et complet, mais sans réelle profondeur.

Jack London, une aventure américaine, un documentaire de 96' réalisé par Michel Viotte, diffusé en 2016.
Disponible en DVD/BlueRay/VOD






Sur ce site, à propos de la conquête de l'Ouest:


 


23 janvier 2017

FILM: Cast away / Seul au monde

Un employé de FedEx survit à un crash d'avion dans le Pacifique et se retrouve seul sur une île déserte ...


Inutile d'essayer de le cacher, Seul au Monde est un film hollywoodien, basé sur un scénario huilé et efficace, mais souvent cousu de fil blanc. L'histoire s'ouvre par une longue introduction visant à présenter le héros dans son quotidien protégé et confortable, mais aussi (et surtout) FedEx, célèbre société de livraison à domicile, personnage à part entière du film, et sans doute aussi investisseur conséquent dans son financement. L'épilogue, lui, s'étire un peu trop pour aboutir sur un happy end consensuel à la fois touchant et insupportable.
Pourtant, le film fonctionne, car entre ces deux phases un peu classiques, Seul au Monde offre une bonne heure et demie d'immersion dans une histoire de survie honnête et prenante, portée par une prestation très investie et convaincante de Tom Hanks, sans doute à cette époque à l'apogée de sa carrière. 
Après une incroyable séquence de crash d'avion vue de l'intérieur et une non moins stupéfiante séquence de survie dans une mer déchainée, Chuck Noland, un cadre supérieur de chez FedEx se retrouve seul sur une minuscule île du Pacifique. Au programme, visite de cet ilot du bout du monde, apprentissage de l'allumage de feu, découverte des joies de la pèche, expériences d'ouverture de noix de coco, séance d'auto chirurgie dentaire, et inévitable chantier de construction de radeau.
Si cette réappropriation du mythe de Robinson Crusoé n'est pas toujours originale, elle s'offre tout de même quelques transgressions innovantes. Dans Seul au Monde, point de cabane, de lit ou de table de fabrication artisanale, notre rescapé solitaire se contentant du minimum, à savoir une grotte pour les jours de pluie, et une porte de placard d'avion en guise d'abri pour les journées trop ensoleillées. Petit à petit, la mer rejette sur la plage une collection de paquets (non livrés) FedEx, et nous offre une scène hilarante dans laquelle le héros, comme un enfant un matin de Noël, ouvre les uns après les autres ses cadeaux de fortunes. Certains lui seront précieux dans sa quête de survie, d'autres absurdement inutiles. Vendredi cède sa place à Wilson, un ballon de volley-ball maquillé en visage, qui, véritable exploit, parvient par moment à voler la vedette à Tom Hanks.
Petit à petit, sur ce petit morceau de terre perdu dans l'immensité de l'océan, le temps se dilate, notre héros s'adapte, évolue, souffre, et nous avec lui. Et lorsqu'il quitte enfin sa prison, il nous laisse à la fois soulagés de le voir regagner la civilisation, et frustrés de ne pas rester encore un peu sur cette île du bout du monde.

Une version contemporaine de Robinson Crusoé. Hollywoodien, mais réussi.

Cast Away, un film de Robert Zemeckis, sorti en 2000.
Disponible en DVD/BlueRay/VOD.






17 janvier 2017

PHOTO: Concours National Geographic 2016

Quelques  magnifiques photos des lauréats du
National Geographic Travel Photographer of the Year Contest 2016.


Crédit photo: Alison Langevad






Crédit photo: Missy Mandel


Crédit photo: G. Lecoeur


Crédit photo: Alison Tracey Jenings

FILM: Dans la Forêt

Suite à une gigantesque panne d'énergie, deux soeurs survivent seules dans leur chalet au coeur d'une forêt ...


La déception de ce Into the Forest est à la hauteur de l'espoir que son résumé avait suscité: deux soeurs survivent dans une forêt, après une rupture énergétique de notre monde civilisé.
Malheureusement, le film devrait plutôt s'intituler Into a Cabin In a Forest tant les deux héroïnes passent leur temps à l'intérieur de leur chalet, loin de cette forêt que le titre vendait. Et on ne peut pas vraiment leur en vouloir: elles ont un toit étanche et des murs solides, beaucoup d'espace, des livres, une cheminée, de l'eau et de la nourriture à profusion... Aucune véritable raison de s'aventurer loin de chez elle, sauf éventuellement pour aller cueillir des mûres pour faire des tartes (véridique). Survivent à ce fiasco deux ou trois scènes à ciel ouvert plutôt réussies, et le plaisir de suivre l'évolution des relations entre Ellen Page (Juno) et Evan Rachel Wood, deux comédiennes plutôt talentueuses qui n'ont pas grand-chose à défendre, mais le font avec professionnalisme et conviction jusqu'au bout. Et lorsque le dernier plan arrive et que les deux soeurs se retrouvent seules (ou presque) dans la forêt, on se prend à espérer que ça ne soit que le début et que le film commence enfin avant que le générique ne vienne nous inviter à passer à autre chose. 

Un pitch très prometteur pour un film qui ne traite pas vraiment de son sujet.

Into the Forest, un film de Patricia Rozema sorti en 2015.
D'après le roman eponyme de Jean Hegland.
Disponible en DVD/BlueRay/VOD.






16 janvier 2017

ROMAN: Soudain, seuls




Un couple se retrouve piégé sur une île inhabitée du sud de l'Atlantique suite à la disparition de leur voilier ...






Les romans français de nature writing de qualité sont rares, et Soudain, seuls en est un.
Isabelle Autissier, son auteure, est une ancienne navigatrice (la première femme a avoir accompli un tour du monde à la voile en solitaire en compétition), passionnée d'alpinisme, et actuelle présidente du WWW France. Son vécu et sa volonté de le partager à travers cette fiction se ressentent à chaque page de ce roman âpre, authentique et dépaysant, et, à l'arrivée, assez perturbant. 
Dans la première partie, la plus longue, nous suivons l'histoire de Louise et Ludovic, deux citadins, enfants de notre société occidentale archi protégée, condamnés à survivre dans des conditions plus qu'extrêmes sur une petite île isolée du sud de l'océan atlantique. Le postulat de base (alors qu'ils sont bloqués à terre à cause d'une tempête, leur voilier, mouillé dans une crique, disparait pendant la nuit) fonctionne, et leur désespoir se révèle à la hauteur de leur isolement et de leur solitude alors que l'hiver austral approche.
Dans cette première partie, tout est là: la solitude, les grands espaces, la lutte pour la survie, la faune locale, les tensions dans le couple... Les chapitres s'enchainent rapidement, l'histoire avance sans temps mort, mais au fil des pages, une sensation inattendue apparaît: tout va trop vite, comme si l'auteure avait cédé à la volonté d'un éditeur de rester dans un format court et facile d'accès, une lecture rapide pour un public plus large. Et c'est parce que la matière est là, omniprésente, et que l'immersion fonctionne, que les puristes comme moi pourront avoir ce sentiment de frustration, ce goût d'inachevé.  Une réserve plus qu'une critique, pour une formidable histoire, portée par des personnages attachants et symboliques de notre monde occidental, plongés dans un environnement vraiment hostile. 
Je ne révèlerai rien de la seconde partie du roman, plus classique (mais tout aussi intéressante), pour préserver le dénouement de cette histoire à ceux qui auront envie de passer un peu de temps avec Louise et Ludovic sur leur île perdue au bout du monde... 

Un vrai roman de nature writing à la française. Une réussite. 

Soudains, seuls, un roman d'Isabelle Autissier.
Paru aux Editions Stocks (2015), disponible en Livre de Poche.