© P.Yves Touzot 2018

11 mai 2022

NATURE WRITING & ECOPOETIQUE (Vidéo créée pour le site)

Courte vidéo de présentation du nature writing et de l'écopétique.


Lien vers la vidéo

SOUDAIN, SEULS (Roman)




Un couple se retrouve piégé sur une île inhabitée du sud de l'Atlantique suite à la disparition de leur voilier ...






Les romans français de nature writing de qualité sont rares, et Soudain, seuls en est un.
Isabelle Autissier, son auteure, est une ancienne navigatrice (la première femme a avoir accompli un tour du monde à la voile en solitaire en compétition), passionnée d'alpinisme, et actuelle présidente du WWW France. Son vécu et sa volonté de le partager à travers cette fiction se ressentent à chaque page de ce roman âpre, authentique et dépaysant, et, à l'arrivée, assez perturbant. 
Dans la première partie, la plus longue, nous suivons l'histoire de Louise et Ludovic, deux citadins, enfants de notre société occidentale archi protégée, condamnés à survivre dans des conditions plus qu'extrêmes sur une petite île isolée du sud de l'océan atlantique. Le postulat de base (alors qu'ils sont bloqués à terre à cause d'une tempête, leur voilier, mouillé dans une crique, disparait pendant la nuit) fonctionne, et leur désespoir se révèle à la hauteur de leur isolement et de leur solitude alors que l'hiver austral approche.
Dans cette première partie, tout est là: la solitude, les grands espaces, la lutte pour la survie, la faune locale, les tensions dans le couple... Les chapitres s'enchainent rapidement, l'histoire avance sans temps mort, mais au fil des pages, une sensation inattendue apparaît: tout va trop vite, comme si l'auteure avait cédé à la volonté d'un éditeur de rester dans un format court et facile d'accès, une lecture rapide pour un public plus large. Et c'est parce que la matière est là, omniprésente, et que l'immersion fonctionne, que les puristes comme moi pourront avoir ce sentiment de frustration, ce goût d'inachevé.  Une réserve plus qu'une critique, pour une formidable histoire, portée par des personnages attachants et symboliques de notre monde occidental, plongés dans un environnement vraiment hostile. 
Je ne révèlerai rien de la seconde partie du roman, plus classique (mais tout aussi intéressante), pour préserver le dénouement de cette histoire à ceux qui auront envie de passer un peu de temps avec Louise et Ludovic sur leur île perdue au bout du monde... 

Un vrai roman de nature writing à la française. Une réussite. 

Soudains, seuls, un roman d'Isabelle Autissier.
Paru aux Editions Stocks (2015), disponible en Livre de Poche.












Sur ce site, pour les amateurs de roman d'aventure au plus proche de la nature:

ROMAN & FILM: Le mur invisible
ROMAN: Sukkwan Island
ROMAN: Oldforest




4 janvier 2022

LA PANTHERE DES NEIGE (Doc & essai)

Où l'on suit Sylvain Tesson, écrivain, accompagner Vincent Munier, photographe animalier, dans sa longue recherche d'une panthère des neiges au Tibet.




Commençons par un aveu: La panthère des neiges n'est pas mon livre préféré de Sylvain Tesson.
Et continuons par une surprise: pour une fois, le film est bien plus convaincant que le livre.
L'histoire, tout d'abord. 
2018. Sylvain Tesson, voyageur émérite, accompagne pendant plus de six mois Vincent Munier, photographe animalier en cours médiatisation, et la réalisatrice Marie Amiguet dans les hauts plateaux tibétains à la recherche d'une panthère des neige, hypothétique dernière survivante d'une espèce considérée comme éteinte. Et ne faisons pas durer inutilement un faux suspens assumé: ils l'ont trouvée.
Le livre raconte leur long périple dans l'Himalaya à travers un récit de voyage sincère et authentique, l'occasion de retrouver la prose toujours aussi inspirée d'un Sylvain Tesson soucieux de se mettre au service de cette quête animalière, artistique et, bien sûr, philosophique. Pas de véritable reproche à formuler, à part peut-être, ça et là, quelques longueurs. Sylvain Tesson prends le temps de présenter le voyage, de une carte des lieux, une chronologie temporelle et géographique de leurs différentes étapes.
Le documentaire, lui, va droit au brut, sans aucune installation ni considération temporelle, avec comme seul objectif une immersion immédiate et totale dans les décors à couper le souffle des hauts plateaux tibétains. Et dès les premières séquences, Sylvain Tesson, forcément omniprésent à chaque page du livre, s'efface pour laisser la vedette aux véritables héros du film: Vincent Munier, son regard a la fois habité et juvénile, son appareil photo, et les images sublimes de Marie Amiguet d'un environnement grandiose, ses paysages comme sa faune. Très vite, le film assume son véritable objectif, faire un véritable portrait d'une profession, photographe animalier et une déclaration d'amour vicérale au monde animal et à la beauté de la nature. La voix off de Sylvain Tesson, rare et discrète, apportant une touche poétique et pédagogique discrètes à cette oeuvre collective. Le récit avance, les affuts s'allonge, et de véritables surprises ponctuent le voyage. L'occasion aussi de découvrir l'incroyable richesse de la faune locale de ses endroits considérés comme déserts, la variété des espèces et la beauté de chacun de ses représentants.
Et même si l'on sait dès le début que leur quête ne restera pas vaine, qu'ils finiront inexorablement par dénicher leur gros chat des montagnes (sinon il n'y aurait sans doute ni film ni livre), l'apparition tant attendue de la panthère des neiges est un moment de grâce absolue, une séquence bouleversante, une image qui reste présent à l'esprit une fois de retour dans la réalité à l'extérieur du cinéma. Et le message passe: nous ne sommes pas seul sur cette petite planète, et nous devrions tous jouir de la richesse et de la beauté de notre biodiversité, l'apprécier, la protéger, plutôt que de la malmener.


La panthère des neiges, un film de Vincent Munier et Marie Amiguet.
Sortie en salle en décembre 2021.



Bande annonce:



La panthère des neiges, un essai de Sylvain Tesson.
Paru au éditions Gallimard le 10 Octobre 2019.
Disponible en format poche.




Sur ce cite, dans la même veine:




20 décembre 2021

LA RIVIERE (Roman)

Deux kayakistes glissant au grès d'un rivière canadienne vers la Baie d'Hudson recueillent une femme blessée alors qu'un gigantesque incendie brûle au loin derrière eux...



Fascinant. Le nouveau roman de Peter Heller, auteur américain des célèbres La constellation du chien, Céline ou encore Peindre, pêcher et laisser mourir, nous entraîne sur une rivière canadienne pour un pur récit de nature writing. Deux jeunes hommes aguerris au kayak, une femme mal en point, un quatrième personnage fantomatique, un gigantesque feu de forêt qui se consument au loin, et... Et c'est tout. Le résumé de cette histoire tiendrait facilement sur un ticket de métro, mais il suffit à Peter Heller pour construire sur plus de deux cent pages une histoire intense, variée et passionnante. Sa grande expériences du kayak en milieu sauvage et sa volonté d'immerger le lecteur au plus proche de l'eau, de la forêt, de la pluie, du froid et du reste suffisent à nourrir le récit, et nous transporter à bord d'une embarcation pour une lente déambulation au plus près de la nature. Ceux qui (comme moi) découvriront cet auteur à travers ce roman pourront se sentir rebuter (comme moi) par sa prose particulière, décousue, âpre, par ses flashbacks non annoncés ou encore ses dialogues abrupts. Car Peter Heller écrit à sa manière, dans un style qui pourrait s'apparenter à celui de Jack Kerouac dans son oeuvre référence Sur la Route, cette écriture spontanée qui fit sa gloire et sa singularité. Mais si vous parvenez (toujours comme moi) à accepter son rythme, à vous laisser entrainer dans son sillage, vous serez récompensé par un voyage captivant au file de l'eau, par un récit dont la dramaturgie se construit dans la lenteur, où la créativité se cache dans le détail, dans d'imperceptibles variations des âmes et de la nature.

Un sacré exploit, dans le fond comme dans la forme ! 


La Rivière, un roman de Peter Heller.
Paru aux Editions Acte Sud (2018).




















Sur ce site, pour les amateurs de rivières.



31 octobre 2021

LAND (Film)

Après avoir vécu un drame personnel, une femme s'installe dans une cabane isolée au cœur des forêts sauvages du Wyoming.




Nouvelle déclinaison sur la thématique de l'être meurtri qui s'isole dans la nature, Land apporte dignement sa pierre à l'édifice. Plus âpre que Wild, le film de Jean-Marc Vallée avec Reese Wistherpoon, moins extrême que Sukkwan Island, le roman de David Vann, le film suit le parcours du personnage de Edee Holzer, une citadine d'une cinquantaine d'années qui, suite à un drame que nous ne découvrirons qu'à la toute fin du film, ne trouve pas d'autres voies pour survivre que de s'isoler dans une cabane en piteux états au fin fond des forêts du Wyoming. Mal préparée à cette épreuve, fragilisée psychologiquement, elle connaîtra une descente aux enfers avant, bien sûr, de renaître à la vie, entre autre grâce à sa rencontre avec un chasseur local.
Dans le rôle principal, Robin Wright, aussi réalisatrice du film, est plus que crédible dans ce rôle pour lequel elle n'épargne ni son image, ni son énergie. Tour à tour fragile, forte, perdue, euphorique, effondrée, elle livre un de ses prestations les plus convaincantes. A ses côtés, Demian Bichir, comédien mexicain qui jouait (entre autres) dans Walden: Life in The Woods, interprète le rôle d'un chasseur habitué aux conditions extrêmes dont le chemin va croiser celui de notre héroïne. Au delà de la sobriété de la réalisation, de la beauté des images, de l'authenticité de l'histoire, la rencontre et l'exploration des relations entre ces deux personnages abimés par la vie sont la première réussite du film. Avec, en passant, ce très joli double sens du titre: Land, la terre et l'atterrissage.

Robin Wright réussit son pari haut la main et offre une petite soeur à Into The Wild, le film référence de son ancien mari Sean Penn. 


Land, un film de Robin Wright, sorti au cinéma le 16 juin 2021.
Disponible en DVD/VOD/BlueRay.
Bientôt sur Netflix.













BANDE ANNONCE:



Sur ce site, d'autres récits de personnages choisissants de s'isoler seul dans la nature:




20 mai 2021

J'AURAIS PU ETRE MILLIONNAIRE, J'AI CHOISI D'ETRE VAGABOND (Essai)

 Une biographie de John Muir, naturaliste américain du 19e siècle.



John Muir (1838-1914) est l'une des figures emblématiques du nature writing, un des fondateurs du mouvement écologique, un membre actif et respecté de la grande famille des naturalistes américains du 19e siècle au même titre que Henry David Thoreau, Jack London ou encore Ralph Waldo EmersonNé en Écosse, il s'installe à l'adolescence dans une ferme dans le Wisconsin avec toute sa famille. Le jour, il travaille la terre. La nuit, il bricole des machines, dont un pendule exclusivement en bois qui lui ouvrira les portes du monde extérieur et de la reconnaissance. Après quelques années passées à entretenir (et à améliorer) des machine dans le Indianapolis de la révolution industrielle, un accident fait basculer sa vie. Alors qu'il est devenu aveugle, il se promet que, s'il retrouve la vue, il se consacrera à sa véritable passion, la nature. Et lorsque sa vue revient, il tient parole, et part marcher, direction le Sud, pour bénéficier des cours de ce qu'il appelle la Grande Université de la Vie Sauvage.

Cette errance naturaliste durera 50 ans.

Au fil des années, John Muir devient l'un des premiers naturalistes modernes, un militant de la première heure de la protection de la nature. Toute sa vie, il s'oppose à la commercialisation de la nature, quelle que soit la forme qu'elle prenne. Tombé sous le charme de la Sierra Nevada, il participe à la création du Parc National du Yosemite, qui honorera sa mémoire en créant le John Muir Trail, un chemin de haute montagne qui mène en une quinzaine de jours du Yosemite à Lone Pine, au pied du Mont McKinley, une région qu'il arpenta inlassablement pendant plus de dix ans de sa vie. Durant les années qui précèdent sa mort, il crée le Sierra Club, une organisation de protection de la nature qui reste à ce jour une des plus puissantes des Etats-Unis. Pendant ces décennies consacrées à la marche into the wild, il remplit des dizaines de carnets qui donneront naissance à des récits qui connaitront un grand succès à leur sortie, un succès jamais démenti à ce jour. Souvenir d'Enfance et de Jeunesse, Quinze cents kilomètres à travers l'Amérique profonde, journal de voyage dans l'Arctique... autant de livres qui restent encore aujourd'hui une source d'inspiration pour les mouvements écologistes.

Alex Jenni, l'auteur, prix Goncourt en 2011 pour son premier roman l'Art français de la guerre, est un disciple émerveillé de John Muir. Naturaliste à ses heures, il voue à son maitre une admiration communicative et joyeuse. Sa plume légère, précise, et l'implication de sa propre histoire dans celle de son maître naturaliste rendent la lecture de cette biographie à la fois agréable, légère et passionnante. À la fois un joli voyage dans l'Amérique sauvage de la fin du 19e siècle et une formidable déclaration d'amour d'un auteur français à un personnage hors norme.




J'aurais pu être vagabond, j'ai choisi d'être vagabond, une biographie d'Alex Jenni
disponible aux Editions Paulsen.



Sur ce site, pour les amateurs de personnages ayant choisi une vie différente:



17 mai 2021

NOMADLAND (Livre & film)

Ruinée par la crise de 2008, une sexagénaire choisit de vivre dans son camion une vie de nomade dans l'Ouest américain...









Suite au cataclysme économique qui a ruiné sa ville ouvrière du Nevada après la crise des subprimes de 2008,  Fern choisit de vivre une vie de nomade à bord de son van aménagé et nous invite à un voyage à ciel ouvert dans l'univers de ces vagabonds motorisés des temps modernes qui choisissent (ou subissent, parfois) de vivre selon des standards éloignés de la vie moderne actuelle. La grande force du film est de prendre son temps, de nous laisser à chaque plan  sentir et savourer les évènements qui jalonnent la vie de Fern et des personnages qu'elles croisent sur sa route, et de nous faire voyager dans les grands espaces de l'Ouest américain. Le choix de confier les seconds rôles à de véritables nomades (comprendre des non-comédiens) renforce la crédibilité du film, son propos, et rend chacune des rencontres particulièrement émouvante. Nomadland est à la fois une critique militante engagée de cette société américaine qui broie les plus fragiles et laisse une partie toujours plus grande de sa population sur le côté de la route et un véritable voyage au plus près de la nature, une ode à la liberté, à la solidarité, une oeuvre d'un profond humanisme qui fera date.

A l'origine du film, Chloé Zhao, réalisatrice américaine d'origine chinoise, n'en est pas à son premier film engagé. On lui doit notamment Les chansons que mes frères m'ont apprises (2015), dont l'histoire se déroule dans une réserve indienne de l'Ouest américain, et The Rider (2017), qui suit le parcours d'une star du rodéo qui tente de se remettre d'un grave accident. Dans le rôle principal, la toujours sublime Frances Mac Dormand nous offre une composition dans la continuité de celle de Three Billboards outside Ebbing, Missouri, une nouvelle prestation remarquable pour laquelle est s'est préparée en vivant plusieurs mois dans un van, et qui est allé jusqu'à faire réellement des petits boulots comme emballeuse pour Amazon ou saisonnière dans la récolte des betteraves. Le scénario est adapté de Nomadland, surviving america in the twenty first century, un récit journalistique écrit par Jessica Bruder paru en 2017.

Ces derniers mois, Nomadland a reçu le Lion d'Or du festival de Venise 2020, le Golden Globe du meilleur film, et les Oscars du meilleur film, de la meilleure comédienne et de la meilleure réalisatrice, une récompense attribuée à une femme seulement pour la seconde fois de l'Histoire des statuettes dorées américaines. Espérons qu'elles offriront au film un surplus de notoriété qui lui permettra, lorsque les cinémas rouvriront après la pandémie, de faire le grand voyage autour du monde qu'il mérite.











Nomadland, un film de Chloe Zhao, sortie cinéma le 12 mai 2021.


   





Nomadland: survinving america in the twenty first century écrit par Jessica Bruder paru en 2017



Sur ce site, pour les amateurs de personnages qui ont choisi une vie différente:



15 octobre 2020

TOGO (Film)

L'histoire d'un chien légendaire qui par ses exploits au début du XXe en Alsaka siècle sauva un village dont la population était atteinte d'un épidémie ...










Alaska, 1925. 

Togo, un husky de Sibérie (1913-1929), participe à la Course au Sérum, une (véritable) épopée en traîneaux à chiens sur plus de mille kilomètres depuis Anchorage pour faire parvenir à la population du village isolé de Nome atteinte d'une épidémie un sérum antidiphtérique. 20 attelages se relayèrent durant cette incroyable mission de sauvetage. En moyenne, chaque attelage parcourut environ 30 miles. Togo, lui, en parcourut 264... Togo est une production Disney, ce qui peut légitimement inquiéter les spectateurs qui ont assisté au naufrage de l'adaptation récente de l'Appel de la Forêt adaptée du roman de Jack London. Cette fois-ci, le film fonctionne, très bien même, en grande partie grâce au parti pris de son réalisateur Ericson Core de tourner avec de véritables chiens. La où le Buck de l'Appel de la Forêt était un animal en image de synthèse auquel il était difficile, certains dont je fais partie diront impossible, de s'identifier, Togo est un véritable husky, ou plus exactement plusieurs huskys, puisque qu'au-delà de l'histoire de cette course insolite, le film s'intéresse au passé de son héros, depuis sa naissance jusqu'à sa mort. Les scènes avec les chiens sont irrésistibles, à la fois drôles et émouvantes, les séquences d'entrainement, tournées sans effets spéciaux, à la fois crédibles et pédagogiques, puisqu'elles nous invitent dans l'univers des chiens de traîneaux du début du siècle. Les images de la course, qui se déroula dans des conditions climatiques dantesques, sont parfois exagérément spectaculaires, mais cela ne nuit en rien à l'histoire qui nous est racontée. Dans le rôle principal du musher Leonhard Seppala, Willem Dafoe est très convaincant, et d'une stupéfiante ressemblance avec le personnage réel, comme le montre une photo du véritable musher et de son chien en fin de film. Les seconds rôles sont eux aussi convaincants, en particulier Juliette Nicholson, dans le rôle de la femme du musher, de Christopher Heyerdahl, dans celui du maire de Nome, ainsi que de tous les personnages que croisent nos héros durant leur longue épreuve. En conclusion, Togo est un joli biopic canin, l'histoire d'un exploit légendaire, d'une amitié profonde entre un homme et un chien, et un formidable prétexte à un voyage au fin fond de l'Alaska sauvage.

Pour la petite histoire, à l'époque, le mérite de cette opération de sauvetage revint au chien Balto, le leader du traineau qui arriva à Nome avec les précieux sérums après avoir parcouru à peine 30 miles, et non à Togo. Une injustice flagrante qui fut réparée en 2011 lorsque le Times raconta la véritable histoire de cet exploit et déclara Togo "le chien le plus héroïque de l'Histoire", une reconnaissance post-mortem sans aucune signification pour ces deux héros discrets qui n'accordaient aucune importance à la notoriété. Un seul regret: que la pandémie qui frappe le monde ait entraîné une sortie du film directement sur la plateforme de Disney, et non au cinéma. Sur grand écran, dans une salle obscure, le spectacle aurait été total.










Togo, un film de Ericson Core - Disponible sur Disney+ et bientôt en DVD. 







Les véritables Leonhard Seppala et Togo.



Sur ce site, pour les amateurs d'Alaska:

SERIE: Klondike

BD: Construire un feu

ROMAN: Sukkwan Island

5 avril 2020

L'ILE MYSTERIEUSE (Roman)

Au milieu du 19e siècle, cinq homme et un chien se retrouvent sur une île déserte quelque part dans le pacifique ...


Après des années de lecture de récits d'homme (plus ou moins) seul dans la nature, une lacune inacceptable m'habitait: je ne m'étais jamais aventuré à la découverte l'un des piliers de cette littérature de nature writing, le célèbre l'Ile mystérieuse du non moins célèbre Jules Vernes. Ecrite à la fin du 19e siècle, l'histoire de ces naufragés isolés sur une ile reconnaît de la plume même de son auteur sa filiation directe avec son illustre ancêtre Robinson Crusoé, le roman plus ou moins biographique écrit par Willem Dafoe d'après l'histoire vraie d'Andrew Seerking.
Quelques différences de taille dirigent pourtant l'Ile Mystérieuse dans une tout autre direction.
Tout d'abord, les personnages de Jules Verne ne sont pas seuls. Leur groupe est composé d'un ingénieur, d'un journaliste, d'un marin, d'un Afro-1méricain, d'un jeune appelé, et d'un chien. Ensuite, aucune épave échouée, aucun coffre dérivant, aucun vestige enterré ne viendra aidé nos héros, qui ne devrons compter que sur leur savoir, leur volonté et les richesses de la nature pour survivre.
Au moins dans un premier temps...
A travers le talent de son personnage central, l'ingénieur Cyrus Smith, L'Île mystérieuse est une ode appuyée à la science, à la connaissance, et au génie humains. Pour ce scientifique accompli, rien n'est impossible. Grâce à lui, nos naufragés vont recréer une (mini) civilisation sur cette île perdue au milieu de l'océan Pacifique. Leur histoire est également un hommage aux vertus de l'entraide, de la communauté et de la solidarité. L'île Mystérieuse est également un véritable récit de nature writing, dans lequel la nature joue un rôle central. Car dans leur malchance, nos naufragés ont la chance de s'échouer sur une ile luxueuse, où vit une faune riche et variée, où prospère une flore abondante, une sorte de jardin d'Eden inespéré. Chapitre après chapitre, Jules Vernes y déclare sans ambiguïté possible son amour et son admiration pour Dame Nature.
L'île mystérieuse est également une curiosité dramaturgique, une histoire sans vilain, sans excès de violence, ou tout se passe pour le mieux, un récit dont le seul enjeu est d'admirer sans retenue le génie de ses personnages, l'efficacité sans faille de leur collaboration, et de savourer à chaque page le plaisir de s'immiscer discrètement au sein de leur communauté. Tout cela en réservant à ses lecteurs un formidable twist, un retournement de situation (forcément) ingénieux, et inattendu.
Du grand art.

L'ile mystérieuse, un magnifique roman dans la plus pure tradition du nature writing. A découvrir, ou à redécouvrir.


L'Île mystérieuse, un roman de Jules Vernes.
Première édition en 1875.
Disponible dans de nombreuses éditions.



Quelques adaptations pour le cinéma et la télévision, que je n'ai pas (encore) vues.


Version 1961, un film de Cy Endfield.


Version 1973, un film de Juan Antonio Bardem et Henri Colpi.


Version 2005, un téléfilm réalisé par Russel Mulcahy.

Pour les amateurs de récits épiques, sur ce site :

ROMAN: Terre Lointaine
BD: Un ocean d'Amour
FILM et ROMAN: Légende d'Automne




18 mars 2020

PRIMAL (Série animation)

L'amitié improbable entre un homme des cavernes et une femelle tyrannosaure, dans un monde préhistorique cruel et sans pitié ...


Un homme des cavernes voit sa femme et ses deux petits enfants se faire dévorés par un tyrannosaure. Dans sa fuite, le hasard lui fait croiser le chemin d'un tyrannosaure femelle, qui assiste, elle aussi, impuissante à la mort de ses deux petits, dévorés par le même prédateur. Entre eux va naître une jolie histoire de survie et d'amitié... A partir d'un paradigme résolument anachronique, Primal raconte l'histoire de cette improbable amitié entre ces deux personnages, qui vont s'entraider pour survivre dans un monde préhistorique violent et sans pitié. Volontairement sans paroles, radicalement violente, cette série d'animation de cinq épisodes de 26 minutes invite le spectateur à un voyage âpre dans un univers visuel inédit, dans un monde préhistorico-jurassique immersif. Genndy Tartakovsky, le réalisateur, à qui l'on doit entre autres la série animée (très réussie) Starwars Clone War, ne ménage pas son spectateur, alternant avec beaucoup de brio des scènes sanglantes et d'autres plus émouvantes, dans des décors toujours somptueux. A noter que les épisodes de cette série ont été réunis dans une version long-métrage intitulée à juste titre Primal, conte de la sauvagerie.

Apre, stylisé et inédit, une véritable série d'animation de nature-drawing ! 



Primal, série de films d'animation 5*18' réalisée par Genndy Tartakovsky.
Disponible sur la chaine Toonami, ainsi qu'en import DVD / BlueRay.





Sur ce site, pour les amateurs de série:

SERIE: Klondike
SERIE et ROMAN: The Terror
TV SHOW: Man vs wild